Munk School of Global Affairs and Public Policy G7 Information Centre
Summits |  Meetings |  Publications |  Research |  Search |  Home |  About the G7 and G8 Research Group
Trinity College in the University of Toronto

G7 Charlevoix Summit

Annexe A :
Résultats découlant de la réunion de l'emploi du G7 de 2018

Ministres de l'emploi du G7
Montréal, Canada, 28 mars 2018
[English]

Pour soutenir nos efforts de préparation aux emplois de l'avenir, il est proposé aux ministres de l'Emploi du G7 de mettre en œvre une stratégie intégrée qui :

1. Préparer les pays du G7 pour l'avenir du travail

Les ministres de l'Emploi du G7 ont mis en place un groupe de travail du G7 sur l'emploi dont le mandat est limité dans le temps afin d'effectuer des recherches et des analyses ciblées et de formuler des recommandations sur les enjeux prioritaires pour les pays du G7 associés à l'avenir du travail

Le groupe de travail sera composé de membres pertinents des gouvernements du G7 et comptera, au besoin, sur la participation d'organisations internationales, d'organisations de travailleurs, d'entreprises et d'experts, notamment dans le domaine de l'égalité des sexes. Les participants seront invités à contribuer à faire avancer le dialogue, à élaborer un corpus de connaissances et à formuler des recommandations stratégiques. Le groupe de travail fera rapport sur ses conclusions à la présidence selon des modalités établies, et pourrait faire appel au Forum du G7 sur l'avenir du travail pour diffuser de l'information.

Il est attendu que le groupe de travail livre les résultats suivants :

Le groupe de travail commencerait ses travaux sous la présidence du Canada avec une réunion à l’automne 2018.

2. Lancer un outil numérique pour soutenir la collaboration

Lancement public du Forum du G7 sur l'avenir du travail

En se fondant sur les résultats de la présidence italienne du G7 en 2017, les ministres de l'Emploi ont lancé publiquement le Forum du G7 sur l'avenir du travail. Le Forum est organisé par l'Organisation de coopération et de développement économiques avec la participation et le soutien de l'Organisation internationale du Travail (OIT). Le Forum :

3. Promouvoir l'autonomisation économique des femmes

Promouvoir des outils nationaux et internationaux pour lutter contre la violence et le harcèlement au travail

La communauté internationale est de plus en plus sensibilisée à la violence et au harcèlement dans le monde du travail et réclame des mesures contre ceux-ci. Les récents mouvements ont souligné leur prévalence, en particulier à l'endroit des femmes et des minorités de genre. Il est crucial d'établir des politiques pour empêcher la violence et le harcèlement, pour y réagir efficacement de même que pour soutenir les victimes, les survivants et les employeurs, d'autant que le programme de développement durable à l'horizon 2030 des Nations Unies encourage tous les pays à éliminer la violence contre les femmes et les filles.

L'Organisation internationale du Travail dirige les efforts internationaux de lutte contre ces problèmes, notamment grâce à l'élaboration d'une norme internationale contre la violence et le harcèlement au travail. Nous accueillons favorablement le rapport de l'OCDE sur la mise en œvre des Recommandations sur l'égalité hommes-femmes et l'insistance de l'organisme à instaurer des politiques visant à contrer la violence faite aux femmes. Les pays du G7 voient d'un bon œil ces discussions et encouragent les gouvernements à collaborer avec les organisations de travailleurs, les entreprises, la société civile et les experts du domaine de l'égalité des sexes afin de concevoir et de promouvoir des politiques visant à empêcher la violence et le harcèlement, à réagir efficacement et à soutenir les personnes touchées. Ces politiques pourraient prendre en considération les motifs de discrimination comme le sexe, la race, l'ethnicité, la religion, l'âge et l'incapacité pour déterminer comment différents groupes peuvent faire l'expérience de la violence et du harcèlement.

La conduite de ces analyses et activités de sensibilisation fera progresser les discussions sur les outils dont disposent les gouvernements et le secteur privé pour lutter contre la violence et le harcèlement au travail. Il pourrait en découler des pratiques exemplaires pour le Forum du G7 sur l'avenir du travail. Ce dialogue, tout comme l'élaboration de ces outils, constitueront une étape importante vers la concrétisation de l'autonomisation économique des femmes.

4. Alimenter le dialogue

Pour veiller à ce que le dialogue sur la préparation aux emplois de l'avenir se poursuive, le Canada propose de tenir une conférence sur l'avenir du travail avec des partenaires nationaux

Les travaux du Canada sur la préparation aux emplois de l'avenir mèneront à l'organisation d'une conférence avec des intervenants canadiens (employeurs, établissements d'enseignement, syndicats, gouvernements provinciaux et territoriaux) dans le but de donner suite aux résultats des discussions des ministres de l'Emploi du G7. Cette conférence permettra de poursuivre le dialogue à l'échelle nationale afin de mieux préparer les Canadiens aux possibilités et aux défis qui découleront de la transformation du travail dans l'avenir. La conférence fera aussi appel au Conseil consultatif sur l'égalité des sexes pour étoffer les conversations sur les efforts visant à éliminer l'écart salarial entre les sexes. Conformément à notre engagement d'établir un gouvernement ouvert et transparent, le Canada fera preuve de leadership et encouragera les autres pays du G7 à continuer de mobiliser leurs partenaires nationaux dans le cadre de discussions semblables.

5. Démontrer du leadership

Préparer la prochaine génération de travailleurs

Au cours des trois prochaines années, le gouvernement du Canada investira 3 millions de dollars pour appuyer la création de quelque 500 nouveaux stages de travail pour étudiants dans le domaine de l'intelligence artificielle. Cette initiative favorisera l'égalité entre les sexes dans des domaines émergents et de plus en plus importants, tel que celle de l'intelligence artificielle. Elle permettra d'offrir aux employeurs des subventions salariales accrues pouvant atteindre 70 % du salaire (jusqu'à concurrence de 7 000 $) dans le cas de stages pour étudiants créés pour des femmes et d'autres groupes sous-représentés. Cette initiative s'appuiera sur des partenariats existants avec des organismes de technologie de l'information comme l'Association canadienne des technologies de l'information et le Conseil des technologies de l'information et des communications, des chefs de file de l'intelligence artificielle au Canada.

Le Canada explorera les occasions de collaborer avec d'autres pays du G7 dans le but d'échanger de l'expertise et de l'expérience dans l'élaboration et le déploiement de stratégies et de programmes d'apprentissage intégré au travail. Le Canada étudiera la possibilité d'entretenir un échange entre les pays du G7 dans des domaines essentiels pour la préparation aux emplois de l'avenir.

[retour en haut]

Source: Site officiel de la présidence canadienne du G7 2018